Tchernobyl : 35 ans après, toujours l’opacité ! – CP du 23 avril 2021

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Présidé par Corinne LEPAGE et Jean-Marc GOVERNATORI

 

Communiqué de presse – 23 avril 2021

TCHERNOBYL : 35 ANS APRES, TOUJOURS L’OPACITÉ !

 

Alors que lundi prochain, le 26 avril, commémorera le 35ème anniversaire de l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, personne ne peut dire réellement combien cette catastrophe a fait de victimes directes et indirectes. Cela n’est pas vraiment surprenant de la part des autorités soviétiques de l’époque ou des russes d’aujourd’hui. En revanche, la chape de béton mise sur les études et les informations par les autorités françaises à l’époque comme aujourd’hui interpelle !

Le débat sur la place du nucléaire dans le mix énergétique, dans un contexte de lutte contre les émissions carbonées devient central. Il est même crucial à Bruxelles actuellement, dans les discussions au sujet de la « taxonomie », méthode de classement des activités économiques et des investissements en fonction de leur impact carbone.

 

Comment peut-on évaluer le triptyque coûts-bénéfices-risques du nucléaire (et le comparer ainsi aux alternatives possibles) si l’information n’est pas transparente sur le sujet ? Sauf à conclure, selon le vieux principe « quand c’est flou, il y a un loup », que les institutions internationales comme l’administration française n’est pas à l’aise avec la défense d’une industrie qui est donc indéfendable.

En parfaite contradiction avec les conclusions officielles de l’ONU (qui concluent à 50 décès et 5000 cancers par la suite) les scientifiques indépendants dénombrent des quantités très importantes de victimes, y compris parmi les générations post explosion, dans les zones touchées par le nuage radioactif, en Biélorussie notamment.

 

Cap Ecologie mettra en ligne dimanche soir, sur son site www.capecologie.fr l’interview de l’un de ces experts, Yves LENOIR, qui présente la réalité des dégâts humains causés par la pire catastrophe industrielle de L’histoire.

Le documentaire “TCHERNOBYL, LE MONDE D’APRÈS” d’Yves LENOIR et Marc PETITJEAN sera aussi en accès libre cinq jours sur le site.

 

Nous appelons le 26 avril à une minute de silence en mémoire des victimes officielles et de toutes les victimes oubliées, cachées, sacrifiées sur l’autel de la raison d’État.

Pour nous, l’ampleur des risques potentiels de l’industrie nucléaire, attestée par cet accident, doit définitivement disqualifier l’usage de ces technologies pour faire face à nos besoins énergétiques au-delà de la phase de transition qui permettra aux énergies renouvelables et aux économies d’énergie, de trouver un équilibre sûr et pérenne.

 

www.capecologie.fr

  CapEcologieLActionCitoyenne                                                 @CapEcologie

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

En cliquant sur le bouton envoyer vous acceptez de recevoir notre Newsletter